Dans le cadre de LA LUNE VERTE
et de l'exposition PAR LES TEMPS QUI COURENT
de Simon Girault-Têtevide





LE PLEIN PAYS

un film d'Antoine Boutet


(France / 2009 / DVcam / 58 min.)


Projection les jeudi 23 et vendredi 24 juin à 21h30
87 rue de Marmande
en présence du réalisateur
participation : 5 euros

Un homme vit reclus depuis trente ans dans une forêt en France. Il creuse en solitaire de profondes galeries souterraines qu’il orne de gravures archaïques. Elles doivent résister à la catastrophe planétaire annoncée et éclairer, par leurs messages clairvoyants, les futurs habitants. Le film raconte cette expérience en marge de la société moderne, affectée par la misère humaine et la perte définitive d’un monde parfait.





"Le plein pays n’est pas plein, il est creux, rongé de galeries, de trouées. Sous la surface, il y a à voir, à dire même. À qui la faute ? Un individu solitaire, résident de quelque forêt française, s’y emploie. Sisyphe à l’envers depuis trente ans, il creuse le sol, s’engouffre au fond, orne les parois de ses grottes privées de gravures naïves, mythes personnels, bestiaires sommaires. Mais là n’est pas l’essentiel. Antoine Boutet ne s’attache pas au énième facteur Cheval, même si l’on voit le malheureux traîner ses masses de pierre, ni au pittoresque touchant d’un représentant de plus de l’art brut, même si l’expert commente par le menu sa production à la lumière d’une torche.
Ce serait davantage l’enfant sauvage devenu vieux. Et ce qu’il creuse, à la force de ses jambes, de ses bras, c’est lui, son antre, son intérieur, autrement dit sa voix, sa résonance, son écho – son plain-chant.
Toute la singularité du film tient exactement là : faire coïncider un jeu vocal, qui tire Brel du côté d’Artaud, avec un horizon tellurique. Le son ici est premier, miraculeux, et c’est de lui que s’étonne notre bavard Yéti. Passionné de radio, il écoute pour enregistrer sur un magnétophone précaire, répéter ensuite, réenregistrer. Sa passion ? Mener sa propre fouille archéologique, à la remontée de son passé, à la recherche de son pays."
(Jean-Pierre Rehm)



Télécharger le communiqué de presse ici


À propos du réalisateur :
Antoine Boutet a étudié les arts visuels et participé à de nombreuses expositions depuis une quinzaine d'année. Ses films récents incluent le documentaire "Zone of Initial Dilution" (primé aux : Goias Environment Film Festival Brasil 2008; Iran Documentary Film Festival 2007; DaKino Film Festival 2007; Tampere Short Film 2007; Écrans Documentaires 2006; Traces de Vies 2006…) et "Conservation conversation" ainsi que les vidéo expérimentales "Utopia" et "Plus ou Moins". Il développe actuellement un projet de long-métrage documentaire en Chine "Sud Eau Nord Déplacer", produit par Les Films du Présent.


Ces deux séances sont en lien avec l'exposition PAR LES TEMPS QUI COURENT de Simon Girault-Têtevide et LA LUNE VERTE, aux 85-91 rue de Marmande, du 11 au 25 juin.



Cet ensemble d'événements reçoit le soutien financier de la Ville de Bordeaux, du Conseil Général de la Gironde et du Conseil Régional d'Aquitaine dans le cadre d'Aquitaine en scène.
Nous remercions chaleureusement Alexandre Garreau, le FRAC Aquitaine et le CAPC Musée d'art contemporain de Bordeaux pour leur soutien technique. Événement en partenariat avec le lieu d'art À Suivre...