N.E.W.S.

(North East West South)




Le grand critique de cinéma et peintre américain Manny Farber, auteur d'Espace Négatif, disait rarement
ce que racontait un film. Il ne se préoccupait jamais de livrer un quelconque résumé de l'intrigue. Au lieu de cela, il écrivait en terme d'espace, soit géographique, soit psychologique ou métaphysique. Il décrivait le terrain d'un film comme s'il s'agissait d'un paysage, regardant par exemple Le Marchand des quatre saisons de Fassbinder avec les yeux d'un homme qui avait étudié la peinture de Fra Angelico et faisait le rapprochement.




à propos de N.E.W.S.
ce nouveau cycle de quatre conférences proposé par l'artothèque de Pessac et conduit par Bertrand Grimault (programmateur au sein de l'association Monoquini) se propose d'aborder des démarches d'artistes dont les expériences et les travaux reposent sur une relation spécifique à l’espace et à l’environnement. Vaste domaine s'il en est, pour un voyage forcément subjectif empruntant les voies de traverse du film d'artiste, du cinéma expérimental et de l'art vidéo.


De janvier à avril 2013
Le 2eme mardi de chaque mois, de 20 h à 22 h 30
Auditorium de la Médiathèque Jacques Ellul à Pessac 
Entrée libre sur réservation : 05 56 46 38 41 / contact@lesartsaumur.com
infos complémentaires sur www.lesartsaumur.com






4/ S - South (Sud)
quatrième et dernière projection-conférence
mardi 9 avril à 20h
dans le cadre de Passerelles pour l'art contemporain


Office Baroque, Gordon Matta-Clark, 1977


Vide, vertige, virtuel


Du cartographique comme modèle idéal représentant le monde dans un fragment à la question d'un espace délivré de ses coordonnées physiques et perspectivistes, de la surface plane et virtuellement infinie de la page/écran à la structure réalisée dans l'environnement urbain ou l'immensité du paysage, cette quatrième et dernière conférence-projection aborde un espace filmique où les formes peuvent se déployer, se déformer, se transformer, se plisser, se plier et se déplier. Il en résulte des paradoxes visuels et des architectures imaginaires, des espaces fluides et changeants, abstraits et éphémères, ouvrant vers une "quatrième dimension", vers un horizon des possibles.


Films et extraits au programme :


SPACY de Takashi Ito (Japon, 1980, 10 min.)
DOWNSIDE UP de Tony Hill (GB, 1984, extrait de 5 min.)
SECRET STRIKE RABOBANK d'Alicia Framis (Pays-Bas, 2004, 9 min.)
VISIBILITY OF INTERIM de manuel Knapp (Autriche, 2007, 13 min.)
VIDÉOCARTOGRAPHIES de Till Roeskens (France, 2009, extrait)
OFFICE BAROQUE de Cherica Convents (Belgique, 1977, vostf, extrait)
SPIRAL JETTY de Robert Smithson (USA, 1970, vostf, 35 min.)






Précédemment...
_______________________________________________________


3/ W - West (Ouest)
troisième projection-conférence
mardi 12 mars à 20h
dans le cadre de Passerelles pour l'art contemporain


Le Tour de Rome, Stalker, octobre 1995




Une odyssée des banlieues (Suburban Odyssey)


Dans la continuité des déambulations et des dérives abordées lors de la précédente conférence, nous poursuivons nos investigations dans les banlieues, les franges péri-urbaines, les friches, les territoires délaissés, les non-lieux - ces "espaces négatifs" que des artistes explorent dès les années 60 afin de révéler des sites invisibles, interroger l'archéologie contemporaine des paysages marqués par l'activité humaine, consacrer de nouveaux "monuments"...
Ces pratiques du déplacement de l'activité artistique à l'échelle de l'environnement, s'affranchissant des milieux clos de production et de monstration, donnent lieu à de nouvelles formes, à la fois critiques et esthétiques. Naviguant dans l'espace réel à la découverte de "sites spécifiques", ces artistes font de l'acte de la traversée un instrument de connaissance et d'interprétation symbolique du territoire.
Du New Jersey aux check-points de Cisjordanie, de la périphérie bordelaise au Tour de Rome, une façon d'ouvrir un chemin et un sujet, de remettre en jeu la façon de voir et d'aborder un espace, un contexte urbain singulier, de repousser/dissoudre les frontières - de fracturer le réel.


Autour de films de
Redmond Entwhistle (sur Robert Smithson, Dan Graham, Gordon Matta-Clark),
Inger Lise Hansen, Till Roeskens, Bady Minck.


Cette séance est dédiée à la mémoire de Gabi Farage, co-fondateur du Bruit du Frigo,
qui nous a quitté le 24 mai 2012


[+]

Films et extraits présentés

- Redmond Enwistle / MONUMENTS (USA, 2009)
- Gordon Matta-Clark / SPLITTING (USA, 1974)
- Inger Lise Hansen / HUS (GB, 1997)
- Bady Minck / IM ANFANG WAR DER BLICK (Luxembourg/Autriche, 2003)

Liens

- Bruit du Frigo (explorations périurbaines)
- Till Roeskens (plans de situation)
- Nikolaus Gansterer (Projects > Mnemo city + The urban alphabet)

bibliographie sélective

- Dan Graham - Oeuvres 1965-2000 (paris-Musées, 2001)
- Robert Smithson - Retrospective - Works 1955-1973 (Oslo / Stockholm / Istrøj)
- Robert Smithson - Rétrospective (ARC / Musée d'art moderne de la ville de Paris - 1982)
- Collection "L'esprit de l'industrie", Bernd & Hilla Becher, Jannis Kounellis, Susana Solano (CAPC Musée d'art contemporain de Bordeaux, 1992)








2/ E - East (Est)
deuxième projection-conférence
mardi 12 février à 20h
dans le cadre de Passerelles pour l'art contemporain


Body Trail, de Michael Palm & Willi Dorner (2008)


Hors les murs (l'artiste comme arpenteur)


Dans "L'invention du quotidien", le philosophe Michel de Certeau décrit la ville comme le lieu d'un rapport de force entre la rationalité incarnée par l'architecture et les usages des habitants. À la vision autoritaire de l'urbaniste qui réduit le fait urbain à un concept de ville, il oppose l'ensemble des "ruses" et des "manières de faire avec" mises en œuvre par les habitants pour se réapproprier l'espace. Le plus commun de ces "arts de faire", la marche, transforme l'espace géométrique imposé en un parcours subjectif, un espace vécu.


Le déplacement de l'artiste et de sa pratique hors les murs, en dehors du modèle auto-centré du musée et du centre d'art, délaissant les cadres institués de la diffusion de l'art, produit quant à lui de nouveaux protocoles, à la fois critiques et ludiques. Dans le contexte urbain où s'inscrit cette deuxième conférence, il s'agit au travers d'une sélection de films d'artistes, de dériver et de tracer de singulières cartes psycho-géographiques, d'explorer les interstices, les marges et les espaces indéterminés, de faire du tourisme créatif, d'intégrer ou de détourner le mobilier urbain, de défier ou d'exploiter les caractéristiques et les contraintes architecturales...


Autour de films de
Julien Prévieux, Sébastien Collet, Gilles Paté, Antoine Defoort, Derek Roberts, Michael Palm & Willi Dorner, David Kidman, John Smith, Matt McCormick, Anri Sala.


[+]

programme

Mark Formanek / Standard Time (Allemagne, 2007, extrait)
David Kidman / Stochastics (France, 2002-10, 6 minutes)
Julien Prévieux / Roulades (France, 1998, 5 minutes)
Michael Palm & Willi Dorner / Body Trail (Autriche, 2008, 8')
Matt McCormick / The subconscious art of graffiti removal (USA, 2002, vostf, extrait de 9 minutes)
Blu / Muto (Italie, 2008, 5')
Adrian Maben, Jacques de la Villeglé (France, 1976, séquence extraite des Nouveaux Réalistes, Mode d'emploi, 3 minutes)
John Smith / The Girl Chewing-Gum (GB, 1976, vostf, 9 minutes)
Anri Sala / Dammi i Colori (Albanie, 2003, vostf, 15 minutes)

bibliographie

- "De la cinéplastique", Élie Faure, 1922
- "Introduction à une critique de la géographie urbaine", Guy Debord, Les lèvres nues n°6, septembre 1955
- "Théorie de la dérive", Guy Debord, Les Lèvres nues n°9, novembre 1956
- "Problèmes préliminaires à la construction d'une situation", Bulletin de l'Internationale Situationniste, juin 1958
- "Formulaire pour un urbanisme nouveau", Gilles Ivain, Bulletin de l'Internationale Situationniste, juin 1958
- "Les figures de la marche - un siècle d'arpenteurs", Musée Picasso, Antibes, 2000
- "Walkscapes - Walking as an aesthetic practice", Francesco Careri, GG, Barcelone, 2002
- "Dé(r)règlements - protocoles en situation", Collection Métiers de l'exposition, presses Universitaires de Rennes, 2002
- "Marcher, créer - Déplacements, flâneries, dérives dans l'art du XXème siècle", Thierry Davila, Éditions du regard, 2003





Partenariat Les arts au mur / Artothèque et la Médiathèque Jacques Ellul






Précédemment...
_______________________________________________________


1/ N - North (Nord)
première projection-conférence
mardi 8 janvier à 20h
dans le cadre de Passerelles pour l'art contemporain




Proposition d'habitation, d'Absalon, extrait d'Un virus dans la ville, un film de Cédric Venail




Si "les films nous apprennent à faire notre lit" (dixit Jean Eustache), ce premier voyage sera en apparence immobile et circonscrit à ce que Bachelard nomme "l'être privilégié" : la maison, déclinée ici selon des qualités et des dimensions variables - habitacle, atelier, chambre, refuge, cellule, laboratoire, en lien avec les valeurs d'intimité de l'espace intérieur.
La conférence s'articulera autour d'une sélection de films d'artistes et de documents illustrant ce rapport à l'architecture de l'espace vécu ou virtuel, comme lieu initial d'immersion et de projection, de jeu et de familiarité, contrée imaginaire définie par l'affect et la mémoire, mais aussi espace potentiel d'enfermement et d'oppression. L'habitat, dans son dénuement ou son exubérance, dans sa précarité ou sa monumentalité, transgresse ici les notions conventionnelles d'usage et de confort, composant un portrait singulier du plasticien qui l'investit.


autour de films de
Christian Boltanski, Bertran Berrenger, Eija-Liisa Ahtila, Michel Blazy, Cédric Venail (sur Absalon)
...


Partenariat les arts au mur Artothèque et la Médiathèque Jacques Ellul










Précédemment...
_______________________________________________________


Soirée d'ouverture
Mardi 4 décembre à 20h30
Cinéma Jean Eustache, Pessac




L'herbe poussera sur vos villes
un film de Sophie Fiennes
(2010 - Royaume-Uni/France/Pays-Bas - Couleur - 1h45)


Né en 1945 à Donaueschingen, Anselm Kiefer est une des figures emblématiques de l'art contemporain.
Hanté par la "question allemande" au travers d'un travail de mémoire à la fois sur l'histoire et la culture germanique et sur le nazisme qui imprègne encore la conscience nationale, Kiefer s'en libère quelque peu en quittant son pays au début des années 90 et en s'installant à Barjac, dans le Gard, en 1993.
Ce que Kiefer décrit comme "le passage d'une histoire définie vers une histoire plus globale ou, peut-être, plus géologique" va alors prendre la forme d'une oeuvre à l'échelle du paysage même.
Si l'oeuvre de Kiefer se distingue par une richesse et une diversité des sources (kabbale juive, alchimie, mythologie) et des supports (photographie, livres, tableaux, sculptures, installations, mises en scène), elle va trouver en Barjac une dimension cosmique et littéralement titanesque.

Anselm Kiefer y a fait l'acquisition d'une ancienne filature, construite sur un immense terrain au sommet d'une colline, où il aménage plusieurs ateliers dont le plus grand fait 60 mètres de long.
La Ribotte, ou Ribaute, n'est pas seulement une résidence-atelier gigantesque, c'est aussi un chantier perpétuel où "l'on marche sur les oeuvres en cours". Kiefer construit, dresse des tours, creuse des galeries, investit les caves qui deviennent "dépôts d'étoiles", le site est à la fois labyrinthe et "palais céleste" qui évoque une lointaine antiquité ou un désastre immanent...

Le film de Sophie Fiennes déambule dans ce lieu d’accumulation et suit l'artiste au travail, dans cette incessante gestation où création et destruction sont interdépendantes.
Un document d'autant plus précieux que depuis, face à l'hostilité d'une frange de la population locale, Kiefer a quitté les lieux.

site internet du film : www.overyourcities.com

(les passages entre guillemets sont empruntés à RENCONTRES POUR MÉMOIRE, Daniel Arasse et Anselm Kiefer s'entretiennent, « A voix nue »  France Culture - novembre 2001, éditions du Regard)