Sabine Anne Deshais
(1965-2011)

Le 11 juillet 2011, Sabine Anne Deshais s'éteignait.
Nous avions écrit un court texte pour rendre hommage à notre amie, que nous laissons inchangé, ci-dessous. Nous aurions souhaité recevoir le témoignage et la contribution de celles et ceux qui l'ont connue, mais force est de constater que cela n'a pas eu lieu.
Dans la continuité de l'inventaire effectué par Valérie Cudel, Les Abattoirs à Toulouse ont consacré en 2012 une exposition aux œuvres sur papier réalisées par Sabine Anne.


cliquez sur le cartel pour accéder à la page sur le site des Abattoirs

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


De sa signature d'artiste, S.A.D., Sabine nous laisse des autoportraits âpres et menaçants comme ces armes blanches qu'elle affectionnait, quelques livres rouge sang et or, aux pages de tissu ou de toile cousues de motifs guerriers ou érotiques, marqués au tampon d'impressions de voyages solitaires et déjantés, si possible le plus à l'Est ; elle nous laisse le souvenir de ces installations comme des occupations de territoire, lances et flèches métalliques fichées en terre, drapeaux rouges sang toujours, une partie de campagne militaire, cartographie du paysage intérieur, à fleur de peau. Féroce et sensible à la fois. Une vie d'artiste sans compromis.


Sabine fut co-fondatrice, avec Franck Pruja et Bertrand Grimault, de l'association ethnicolor en 1991
à Bordeaux, ce par quoi tout a commencé.
D'abord, en l'absence d'atelier où pouvoir travailler, les voyages proches ou lointains et les étranges carnets qui en résultent, Berlin, Passau, Moscou, le Mexique, l'hiver sur les routes de l'ouest de la France, à travers les campagnes inondées, les livres d'artistes en micro-édition, réalisés artisanalement, en sérigraphie, avec les moyens du bord ; puis les expositions itinérantes qui brûlent la corde par les deux bouts ; dont LA PUTE SANS FARD, expo collective quasi porno qui circule en valise de Bordeaux à Saint-Petersbourg en passant par Barcelone et Stockholm.
Installée à Toulouse depuis 1995, où elle enseignait la sérigraphie à l'école des beaux-arts, S.A.D. poursuivait son travail artistique autour de ses sujets de prédilection - le voyage, le paysage, le langage, le rêve, le souvenir. Le Musée Calbet à Grisolles lui avait consacré une exposition personnelle en 2009 ; elle animait encore récemment le projet BRACONNAGES / PASSAGE(S), un laboratoire autour du livre d’artiste, aux Abattoirs de Toulouse.

Toute contribution à cette page, de la part de celles et ceux qui l'ont connue, est la bienvenue.
Pour nous écrire : info(at)monoquini.net


Sabine à la Fête des Morts, 1er novembre 1993, Chilac, Mexique.
Photo : bg