Einstein On the Beach / Ensemble UN présentent

VENDREDI 25 MARS - 19h30

MONOQUINI / PROJECTION
DECLARATIVE MODE
Paul Sharits

Double-projection 16mm
(États-Unis, 1976-77, couleur, muet, 40 minutes)

Le cinéaste expérimental américain Paul Sharits s'est imposé comme une figure majeure des années 70, déclinant ses recherches sous des formes diverses : dessins-partitions, tableaux de pellicules, multi-projections.
Son cinéma, non narratif, interroge les éléments constitutifs de la projection et la matérialité du support filmique : le photogramme, le défilement, le grain de l'image, les rayures, les perforations de la pellicule.
Il a en particulier appréhendé la dimension plastique et affective de la couleur, explorant les effets de l'intermittence lumineuse et des résonances chromatiques, selon un développement temporel inspiré par l'écriture musicale. Ses films - souvent silencieux - sont des "récits de couleur" dont les modulations produisent une véritable musique pour l'œil.
DECLARATIVE MODE repose sur une partition pour deux projecteurs 16mm dont les faisceaux colorés se rejoignent sur un écran unique, le phénomène de persistence rétinienne produisant des effets optiques aléatoires propres à chaque spectateur.
Cette projection d'un genre unique offre un contrepoint à la composition de Jean-Luc Guionnet, proposant une expérience immersive où le film se déploie à la fois dans l'espace physique et sur l'écran mental de notre pure perception.

21h - CONCERT
POINTS SANS SURFACE
Jean-Luc Guionnet / Le UN

composition et dispositif pour Le UN Ensemble
(France – Création - Durée : 1h30)

Une sorte de retour pas exact : une ligne de conduite tient pourtant l'ensemble parce que l'on recherche tous un silence, que l'on gravit des pentes à reculons pour mieux rentrer dans une eau et que la ligne de flottaison attend l'orchestre : à trouver !
À trouver cette ligne quand, lui, cet orchestre est en cercle tout autour — de nous — et que quelques boucs percussifs — parmi nous.
Des marches se passent brutalement ou pas. Certains sont en retard pour être en avance la prochaine fois, et quand la ligne de flottaison émerge finalement envers et contre l'épaisseur broussailleuse d'une foule instrumentale en proie aux influences internes, une ligne mélodique la contredit sans attendre et épuise la flotte en volant de ses ailes : c'est qu'elle récupère en faisant du conflit entre ces lignes, une forme de conflit d'intérêt pour mieux sauter dans le silence. Un silence qui est un bruit de fond quand il est là. Le silence : à trouver !
Il y a donc 3 lignes, une de conduite, une de flottaison et une mélodique : il s'agira de régler leur conflit, sauf si, par nature ou notre volonté, elles s'accordaient — par miracle.
Sans résolution donc, la pièce dure autant que les protagonistes musiciens l'auront décidé.
L'orchestre est en cercle, quelques percussionnistes au centre, et le public circule, s'allonge ou médite sur l'étendue du disque.

SAMEDI 26 MARS - 21h - CONCERTS

(Ouverture des portes à 20h)


THE COAST...
Lionel Marchetti / Le UN

Composition instrumentale pour Le UN ENSEMBLE, établie à
partir de The coast opposite...
(France – Création - Durée : environ 25 minutes)
Pour l'interprète :
"Un son –
Un son, d'un geste simple naît / Plutôt que de lui imposer, en le saturant d'intention / telle ou telle direction / plutôt que de chercher à l'accorder pour je sais quelles circonstances / j'accepte son éclosion telle qu'elle est /
Un geste simple résonne /
N'est-il pas nécessaire de le laisser voyager seul / et d'attendre qu'il revienne / chargé de ce qu'il sait ?
Un son pour soi - un son capable de mettre en valeur le silence / afin de ramener, du silence / un suc, une substance /
Qui serait la preuve du souffle du monde."

Durant cette soirée, Le UN jouera aussi ATTENTAT de David Chiesa – Durée 7 mns et 3LS4 de Mathias Pontevia - Durée 9’30 mns, deux compositions pour orchestre par des membres du UN

Le GGRIL – improvisations
(Canada – Durée : environ 50minutes)
Le GGRIL est un grand ensemble d’improvisateurs venu d’une petite ville de l’est du Québec et réunissant une instrumentation bigarrée et électrique : guitares électriques, cordes et percussions à l’avant pour une plongée ludique et crue en territoire libéré. Le GGRIL est actif depuis 2007 et, en plus de développer un répertoire personnel, a travaillé avec des musiciens de la trempe de Jean Derome, Xavier Charles, Evan Parker, Michael Ficher, et Ingrid Laubrock. L’ensemble est curieux et toujours à la recherche de nouvelles expériences musicales.

DIMANCHE 27 MARS - 15H - CONCERTS

(Ouverture des portes à 14h30)


CONCERTS ++++
15h - Multiples du UN – petites formes émanant du UN + invités + surprises
19h - Bal avec le Parti Collectif
Le parti Collectif - Collectif transartistique de (ré)création
Pour faire penser et se faire penser, pour faire jouer et se faire jouer, pour faire découvrir et se découvrir, pour imaginer, inventer, rencontrer et créer, en dialoguant entre le groupe et l’individu, la solitude et la solidarité.
21h Dance floor avec Black andaluz
El selector andaluz se transforme en « black andaluz », le set improvisé mais avec de nouvelles sélections, est un extrait d’une éventuelle future performance de 12 heures, qui retrace son histoire du rock et du free funk, "free funk’n rock ! »


http://unensemble.net