MERCREDI 26 AVRIL 2017 - 20H45
Cinéma Utopia

5 Place Camille Jullian, Bordeaux
Tarif habituel Utopia

PARANOÏAQUE
(Paranoiac)
Un film de Freddie Francis

Grande-Bretagne, 1963, n&b, 1h20, VOSTF
Avec Oliver Reed, Janette Scott, Sheila Burrell, Alexander Davion, Liliane Brousse.

À la faveur de la publication aux éditions Akileos de L'art de la Hammer et avec le soutien du Cinéma Utopia, Lune Noire célèbre la mythique société de production britannique Hammer Film du 13 avril au 3 juin !
Au programme : l’exposition LES FRISSONS DE LA HAMMER à la Bibliothèque Meriadeck, présentant affiches originales, photos et documents rares. Mais aussi conférences, visites guidées et projections.

Célébrée pour les résurrections flamboyantes de Dracula, Frankenstein, de la momie ou du loup-garou qu’elle créa au cours des années 50 et 60, la Hammer brise alors les tabous de la représentation de la sexualité et de la violence à l'écran, créant une esthétique qui marquera profondément la culture populaire jusqu'à nos jours.
Loin de se cantonner au fantastique, la Hammer produisit de nombreux films de guerre ou d’aventures, ainsi qu’une formidable série de thrillers passés en-dessous des radars - tous écrits par le scénariste maison Jimmy Sangster - parmi laquelle un joyau : PARANOÏAQUE.

Rien ne va plus chez les Ashby suite à la mort tragique des parents et au suicide de l’aîné : Simon, le cadet alcoolique, entend bien récupérer l’héritage familial, écartant au passage sa sœur, rendue folle par les apparitions mystérieuses d’un inconnu en qui elle reconnaît son frère défunt.
Construit comme un pur récit de machination à la Boileau-Narcejac, le film digère deux influences majeures : Les Diaboliques de Henri-Georges Clouzot et Psychose d’Alfred Hitchcock, deux matrices infusant au même moment les débuts du Giallo en Italie. Jimmy Sangster va également puiser son inspiration auprès de Josephine Tey, l’une des reines de la littérature à énigme anglaise, et de son roman En Trompe-l’œil en particulier, que le générique néglige de mentionner.
Loin d’être un simple décalque, le film intègre tous les ingrédients issus d’une tradition gothique typiquement britannique et les transpose ingénieusement dans les années 60 : manipulation psychologique, retournement de situations, usurpation d’identité, névroses familiales et recoins de demeure victorienne lourds de secrets inavouables…

Pour la première de ses cinq réalisations pour la Hammer, l’immense directeur de la photographie anglais Freddie Francis (Les Innocents, Elephant Man…) concocte un cadre Cinémascope perfectionniste avec le soutien d’Arthur Grant, le virtuose de l’image attitré de la firme.
C’est aussi ici que l’acteur Oliver Reed, révélé par la Hammer deux ans plus tôt dans La Nuit du Loup Garou de Terence Fisher, forge un type de personnage borderline, penché sur la bouteille et suintant le danger qui nous le rendra si appréciable chez Ken Russel (Les Diables, Love), Sergio Sollima (La Poursuite Implacable) ou David Cronenberg (Chromosome 3). Occulté par la souveraineté de Dracula et Frankenstein, il incarne pourtant dans Paranoïaque une figure tout aussi inquiétante de la monstruosité.

— Séance présentée par Marcus Hearn, historien, auteur de L'antre de la Hammer et de L'art de la hammer, publiés aux éditions Akileos.

— À l'issue de la projection, dégustation offerte aux 50 premiers détenteurs d'un billet, en partenariat avec la Maison du vin de Blaye.

Retrouvez Lune Noire sur www.lunenoire.org et sur Facebook

________________________________________________________________________________________

Un événement proposé par l'association Monoquini en partenariat avec le Cinéma Utopia et Radio Nova Bordeaux.
Monoquini bénéficie du soutien de la Ville de Bordeaux.
_________________________________________________________________________________________